Eight Houses – She Keeps Bees [Future Gods / BB Island]

Trois ans après le très remarqué et ô combien apprécié Dig On, les She Keeps Bees, duo venu de Brooklyn et composé du couple Jessica Larrabee (chant/guitare) et Andy LaPlant (batterie), sortent ce mois-ci leur 4ème album studio, Eight Houses, suscitant une excitation certaine mais aussi une grande attente : le groupe saura-t-il renouveler une nouvelle fois le charme de ce son si accrocheur, quelque part au confluent du blues, du rock et du folk ?

Sans doute conscient de l’enjeu, et afin de l’aider à trouver le recul nécessaire, le duo s’est ici, pour la première fois, adjoint les services d’un co-producteur externe en la personne de Nicolas Vernhes, metteur en son d’expérience, déjà aux manettes sur le sublime “Lost In The Dream” des War On Drugs ou l’excellent “Shriek” des Wye Oak. Après 3 disques totalement auto-produits, la démarche était loin d’être évidente pour le couple qui revendique ouvertement la prise de risque artistique : “We wanted to step outside our comfort zone stylistically” ont-ils ainsi confié en interview.

Le résultat ? Un son ultra soigné et une instrumentation qui s’étoffe juste ce qu’il faut grâce à l’intégration impeccablement dosée d’un piano, de claviers ou encore de cuivres. Idéal pour donner davantage d’ampleur aux compositions, apporter de la profondeur aux morceaux, mais aussi superbement envelopper les paroles douces amères de Jessica (la jeune femme reste une nouvelle fois l’unique auteur de l’ensemble des textes). Intense et charnelle, la magnifique voix soul de cette dernière n’a d’ailleurs sans doute jamais été aussi bien mise en valeur. La preuve notamment sur l’éthéré “Radiance”, très certainement l’un des morceaux les plus emblématiques du travail de fond effectué avec le nouveau co-producteur.

Poursuivant sa logique d’ouverture, le duo convie également, fait inédit, des invités, dont la merveilleuse Sharon Van Etten, amie de longue date venue (en voisine) poser sa voix magique sur deux des plus beaux titres de l’album. Impossible de rêver meilleur ange gardien, surtout lorsque celui-ci répète en choeur “You are worthy / I am worthy / Needed to have it happen” sur l’envoûtant final “Is What It Is”. Des paroles complètement de circonstance, tant chacun des 10 morceaux de ce nouvel opus mérite en effet qu’on lui porte une écoute attentive.

Enrichie, l’âme du son des She Keeps Bees n’en reste pas moins préservée. Par nature minimaliste et axée autour de la base guitare – batterie, l’identité de la formation n’est jamais fondamentalement remise en cause. Et les rageuses envolées de l’excellent “Raven” ou la montée en puissance du torride “Greasy Grass” démontrent de la plus belle des façons que les racines blues-rock du groupe ne sont aucunement oubliées.

I will follow the sound of the owl” chante Jessica. Et bien de notre côté, c’est à n’en pas douter le son de ces drôles d’abeilles que nous continuerons de suivre longtemps encore, irrésistiblement attirés par leur miel si délicieusement addictif.

Lolo from Paris

Bonus : Une version live du torride “Greasy Grass” jouée au North Dakota Museum of Art en août 2014.


Date de parution de l’album : 26 septembre 2014

Pour en savoir plus : http://shekeepsbees.com/ ou https://www.facebook.com/shekeepsbees/


Chronique également disponible sur A l’écoute 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s