Ivy Tripp – Waxahatchee [Merge Records / PIAS]

Waxahatchee (prononcez “wax-ah-at-chi”) est à l’origine un cours d’eau qui serpente non loin de de la ville de Birmingham, en Alabama. C’est aussi le nom du projet musical porté depuis 4 ans par Katie Crutchfield, jeune américaine de 26 ans, originaire précisément de cet état du sud des Etats-Unis et dont les parents possédent une maison sur les rives dudit cours d’eau. Après 2 albums lo-fi remarqués, l’artiste revient cette année avec un excellent 3ème opus, Ivy Tripp.

Pour la première fois, ce n’est pas dans sa maison d’enfance de l’Alabama que la jeune femme est allée enregistrer. Elle a plutôt choisi de rester à Long Island, New York, à proximité immédiate de sa résidence du moment. Comme le symbole de la maturité pour une artiste qui a si bien su incarner les doutes et désarrois de la fin d’adolescence et du passage à l’âge adulte. “Je pense que l’un des principaux thèmes d’Ivy Tripp est le fait d’apprendre à faire face aux évènements de la vie, en se rappelant que même dans les moments les plus pesants, tristes ou difficiles, on est toujours le seul maître à bord. Savoir écouter et ressentir pleinement ses émotions plutôt que de les fuir, pour enfin arriver à grandir”, explique d’ailleurs l’artiste pour décrire l’esprit de son nouvel album.

Cette recherche d’un équilibre intérieur salvateur transparaît tout au long du disque qui montre une évolution certaine dans la façon qu’a eue l’américaine d’appréhender sa musique. Fini les enregistrements en solitaire, dans sa chambre au fond des bois (ne pas se fier à la photo de couverture). Place désormais à un vrai travail de groupe et une instrumentation étoffée. Dans un esprit rock indé façon années 90, les guitares haussent le ton (“Poison”), les lignes de basse claquent (“Bonfire”), les percussions résonnent (“Under A Rock”). Pour au final produire un son qui, en se durcissant, s’enrichit sensiblement. A l’image d’une Katie Crutchfield davantage sûre d’elle-même : “There’s not much there / I reveal more and more / Sculpting the bust / Of a man I’ll forever ignore” lâche-t-elle ainsi sur le sombre “Less Than”.

Quelques moments d’accalmie au clavier (la déchirante ballade “Half Moon”) ou à la guitare acoustique (l’épuré “Summer Of Love”) viennent adoucir le ton sans pour autant effacer la gravité du propos. Incisives et percutantes, les paroles portent en permanence la griffe d’une songwriter de talent. L’américaine nous offre d’ailleurs ici sans doute ses plus beaux textes à date. Portés par une voix puissante et fragile à la fois, les mots affichent une lucidité impressionnante (“I know that I feel more than you do / I selfishly want you here to stick to” – “When we are moving, we just pretend to be strangers lamenting a means to an end / You were patiently giving me everything that I will never need”) sans pour autant masquer la vulnérabilité de leur auteur (“What do I want, what do I think / Nobody hears / I take all the space I need / And my tears run clear”). Digne héritière de Joni Mitchell, Liz Phair ou Scout Niblett, la jeune femme conjugue sincérité et spontanéité pour un résultat final à la beauté tranchante et réellement bouleversante.

Les petits ruisseaux font les grandes rivières. En grandissant de la sorte à chaque album, Waxahatchee a désormais tous les atouts en main pour devenir une figure incontournable de la scène indépendante américaine. Et c’est avec foi dans l’avenir, que l’on se répète à l’envi les derniers mots du disque : “I say go ahead”…

Lolo from Paris

Bonus : Très belle session acoustique réalisée par le Bruit des Graviers.


Date de parution de l’album : 6 avril 2015

Pour en savoir plus : http://www.waxahatcheemusic.com/ ou https://www.facebook.com/waxahatchee/


Chronique également disponible sur A lécoute

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s