Phoebe Bridgers, en concert @La Maroquinerie, Paris, le 28 janvier 2017

Le début d’une nouvelle année marque traditionnellement le moment d’échange des listes de vœux mais aussi d’attentes et d’espoirs de chacun pour les 12 mois à venir. Dans ma liste personnelle pour 2017 figurera sans aucun doute le nom de la jeune et talentueuse Phoebe Bridgers, découverte hier soir sur la scène de la Maroquinerie, alors qu’elle ouvrait pour l’incontournable Conor Oberst.

Pour être tout à fait honnête, le nom de Phoebe Bridgers ne m’était pas totalement inconnu. Acclamée par Ryan Adams qui a produit et distribué son tout premier EP au printemps 2015, la jeune femme a en effet attiré l’attention des blogs spécialisés lorsqu’en 2016 elle a tourné avec Julien Baker (sans aucun doute mon plus grand espoir de l’année écoulée !). L’excitation de la première rencontre était donc bien réelle pour moi lorsque l’américaine a investi la scène de la Maroquinerie un peu avant 20h15.

dsc_3617_ok_new

Toute de noir vêtue, Phoebe entame son set avec son dernier single en date, le poignant “Smoke Signals”. Seule avec sa guitare acoustique, et empreinte d’une légère timidité réellement touchante, l’auteur-compositrice-interprète originaire de Los Angeles, nous plonge immédiatement dans son univers attachant. Enveloppée d’une mélodie caressante, l’irrésistible voix de l’artiste porte des mots qui, fait rare chez une personne aussi jeune (22 ans seulement), combinent à merveille instantanés du quotidien et touches de poésie véritablement bouleversantes : “I want to live at the Holiday Inn / Where somebody else makes the bed / We’ll watch TV / While the lights on the street / Put all the stars to death / (…) / The future’s unwritten / The past is a corridor / I’m at the exit / Looking back through the hall / You are anonymous / I’m a concrete wall”.

L’émotion s’empare alors de la salle pour ne plus la quitter. Changeant de guitare à chacun ou presque de ses six morceaux (la jeune femme a apporté avec elle deux guitares acoustiques et une impressionnante guitare électrique Danelectro ’56 Baritone Black Sparkle), Phoebe envoûte le public de sa voix douce et puissante à la fois. Le propos est sombre (les titres des chansons présentées sont révélateurs : “Motion Sickness”, “Funeral”, “Killer”), le sens de la formule percutant (“Can the killer in me tame the fire in you?” est l’une des plus belles phrases entendues depuis longtemps) et l’authenticité des émotions partagées entière du début à la fin.

dsc_3610_ok_new

La présence scénique de l’américaine est saisissante et le parallèle avec Julien Baker évident. A l’image de cette dernière, la jeune femme, qui se présente comme une fan inconditionnelle d’Elliott Smith, met en valeur de la plus belle des façons la célèbre formule “sad songs make me feel better”. Car si une sombre mélancolie imprègne indubitablement ses compositions, la douceur de son sourire offert entre chaque titre vient apporter chaleur et réconfort à l’auditeur captivé.

Reconnaissante, Phoebe termine son set en rendant hommage à son hôte, Conor Oberst, dont elle présente une touchante reprise de “Bad Blood”. “Si ce morceau est bien meilleur que tous les autres, c’est parce qu’il n’est pas de moi”, lance-t-elle amusée au public. Irrésistible.

dsc_3620_ok_new

Phoebe Bridgers pourrait être la meilleure nouvelle artiste de 2017”, titrait la célèbre NPR sur son site internet il y a quelques semaines. Le très beau moment vécu hier soir vient illustrer à merveille le côté prémonitoire de l’annonce.

Lolo from Paris


Crédit photos : Jean-Marc Ferré


Set list :

1 – Smoke Signals

2 – Motion Sickness

3 – Funeral

4 – Scott St.

5 – Killer

6 – Bad Blood (reprise de Bright Eyes)


Bonus :

Pour en savoir plus : https://soundcloud.com/phoebebridgers ou  https://www.facebook.com/phoebebridgers/

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s