Nadia Reid & Pauline Drand, en concert @L’Olympic Café, Paris, le 20 février 2017

Découverte il y a un peu plus d’un an à l’occasion de la sortie de son superbe premier album “Listen To Formation, Look For The Signs”, Nadia Reid fut incontestablement l’un de mes plus grands coups de cœur musicaux de l’année 2015. Après une bien jolie rencontre à L’Espace B en mai 2016 pour son tout premier passage à Paris, il me tardait depuis lors de retrouver l’adorable néo-zélandaise et ses compositions irrésistibles. La chose fut rendue possible grâce à L’Olympic Café qui nous a offert lundi dernier une très belle double affiche en programmant ce soir-là Nadia Reid mais aussi la talentueuse Pauline Drand. Retour par le texte et en images sur cette magnifique soirée musicale.

21h30. Pauline Drand est la première à monter sur scène. Seule avec ses deux guitares (une acoustique et une électrique), la parisienne nous présente un set émouvant, rempli de douceur et d’élégance. Mariant parfaitement la folk anglo-saxonne qui m’est si chère à une chanson française de qualité, la jeune artiste captive par son sens de la mélodie ainsi que par sa voix claire et pénétrante qui accompagne à merveille des textes poétiques où il est question de voyages, d’amours perdus, de désir et de saisons qui passent. Bien que chantant principalement en français, elle me touchera tout particulièrement avec son interprétation personnelle et réussie d’un poème original de Karen Dalton qu’elle a mis elle-même en musique et qui porte le titre délicieusement prémonitoire de “I See Beauty”. Empreinte d’une timidité et d’une grâce irrésistibles, Pauline a su au final conquérir l’attention et le cœur d’un public réceptif à la douce mélancolie de sa bien jolie musique. Voilà donc une artiste à suivre de près !

Alors que la française quitte la scène, arrive le moment tant attendu des retrouvailles avec la néo-zélandaise. Il est déjà tard (22h30 passées) mais la fatigue sera facilement oubliée dès que les premières notes se feront entendre. Accompagnée du guitariste Sam Taylor, Nadia Reid entame en effet son set avec un tout nouveau morceau, la chanson titre de son nouvel album : “Preservation”. Une façon à la fois délicate et excitante de partager avec nous son enthousiasme mais aussi sans aucun doute sa fierté au sujet de ce nouveau disque qui paraîtra officiellement le 3 mars prochain, mais dont le public privilégié pourra se procurer une copie à la fin du concert. Un nouvel album des plus prometteurs si l’on en juge aux trois autres extraits qui seront également présentés ce soir-là : les deux morceaux déjà dévoilés, “The Arrow and The Aim” et “Richard”, mais aussi un autre titre inédit, le très doux “Reach My Destination”. Un aperçu qui laisse deviner un nouvel opus musicalement plus riche et lumineux, et donne définitivement envie d’en savoir plus !

2

Créant incontestablement l’envie quant à l’avenir, Nadia sait aussi combler ses fans de la première heure puisque plusieurs titres issus de son précédent album sont également joués. En connaisseur averti, le public reprend d’ailleurs en chœur les paroles des désormais classiques “Runway”, “Track Of The Time” ou bien encore “Holy Low”, pour la plus grande joie de l’artiste qui du coup se plie bien volontiers au jeu du song request dont de façon assez surprenante le très beau, bien que moins connu, “Seasons Change” sort vainqueur.

Au fil des morceaux, Nadia enveloppe de sa voix chaude et envoûtante L’Olympic Café, tandis que la guitare électrique de son ami Sam apporte ampleur et profondeur à ses mélodies acoustiques si finement ciselées. Une union musicale parfaitement réussie qui transporte l’auditeur au plus près des sentiments dépeints par les textes de la néo-zélandaise. Des textes dont la configuration intimiste de la salle permet de saisir toute l’humanité et qui viennent ainsi sincèrement émouvoir l’auditeur captivé. En un mot d’un seul, irrésistible !

5

Chaleureusement applaudie, Nadia termine la soirée avec l’incontournable “Call The Days” puis en rappel le magnifique “Some Are Lucky”. Une bien jolie façon d’exprimer toute sa gratitude pour son public mais aussi de rendre un hommage touchant à sa ville natale de Port Chalmers pour laquelle elle avoue avoir ressenti une petite pointe de nostalgie plus tôt dans la journée. Il ne fait alors aucun doute que les véritables chanceux du moment auront bien été ce soir-là les spectateurs de ce concert parisien certes un peu trop court (une heure à peine), mais complètement magique du début à la fin. Et pour cela, merci beaucoup Nadia !

Lolo from Paris


Crédit photos : Jean-Marc Ferré


Set list de Nadia Reid :

1 – Preservation

2 – Runway

3 – Track Of The Time

4 – Holy Low

5 – Reach My Destination

6 – The Arrow and The Aim

7 – Seasons Change (song request)

8 – Richard

9 – Ruby

10 – Call The Days

Encore :

11 – Some Are Lucky


Bonus 1 :

Bonus 2 :


Pour en savoir plus sur Nadia Reid: http://nadiareid.com/ ou https://www.facebook.com/hellonadiareid/

Pour en savoir plus sur Pauline Drand: https://paulinedrand.bandcamp.com/ ou https://www.facebook.com/paulinedrandmusic/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s