Bedouine – Bedouine [Spacebomb Records]

“Qui voyage ajoute à sa vie”, dit un proverbe berbère. On ne saurait trouver meilleure formule pour présenter Bedouine et son magnifique premier album éponyme sorti le mois dernier. Derrière ce nouveau projet se cache en effet Azniv Korkejian, une jeune femme de 32 ans d’origine arménienne, née à Alep en Syrie, mais élevée en Arabie Saoudite puis aux Etats-Unis, ses parents ayant gagné par tirage au sort la précieuse carte verte. S’ensuit alors une adolescence dans les banlieues de Boston et de Houston, avant qu’Azniv ne décide de voler de ses propres ailes, du côté de Los Angeles d’abord, puis de Lexington (Kentucky), Ann Arbor (Michigan), Austin (Texas), Savannah (Georgie) où elle suit les cours du College Of Art And Design dont elle sort diplômée en montage audio et post production sonore, et de nouveau Los Angeles où elle est désormais installée et intégrée à la communauté musicale du quartier d’Echo Park. Un parcours nomade riche de rencontres et d’expériences qui ont nourri l’inspiration de cette citoyenne du monde passionnée de musique depuis son plus jeune âge, et dont le souvenir résonne tout au long des 10 titres de l’album.

De voyages il est en effet intensément question dans l’écriture de Bedouine qui se révèle être une auteur-compositrice-interprète au talent rare. “La première fois que vous voyez l’horizon s’ouvrir à vous, vous ressentez un profond sentiment d’apaisement”, explique ainsi la jeune femme en interview, avant de poursuivre “croiser le chemin de personnes très différentes vous fait appréhender différentes approches, différents styles de vie, différentes écoles de pensée et d’expression. Cela vous permet finalement de regarder une même chose depuis plusieurs perspectives et stimule votre curiosité”. Une mise en mouvement permamente et recherchée (“Some nights I get into the car and drive / Nowhere really could keep me satisfied” – “You Kill Me”), qui sous la plume de l’américaine prend souvent les traits de l’eau et du monde liquide (“I’m not an island / I’m a body of water / (…) / I am a lake, don’t need to be watered / I am an ocean, I don’t need to barter” – “Solitary Daughter”). Une façon aussi pour la jeune femme confrontée très tôt au déracinement d’exprimer sa propre liberté et sa quête immuable de la paix intérieure. Intellectuelle et poétique, son écriture affronte ainsi résolument ses peurs tout en nous révèlant une force de caractère incroyable. A l’image du somptueux “Solitary Daughter” où elle lance au visage de celui qui vient de la quitter : “Leave me alone to the books and the radio snow / Leave me alone to the charcoal and dancing shadow /(…) / I play with the moon, my only friend / It pushes, it pulls me / I don’t pay the rent / I don’t need the walls to bury my grave / I don’t need your company to feel saved / I don’t need the sunlight, my curtains don’t draw / I don’t need the objects to keep or to pawn / I don’t want your pity, concern, or your scorn / I’m calm by my lonesome / I feel right at home / And when the wind blows, I get to dancing / My fun is the rhythm of air when it’s prancing”. Rarement liberté et richesse intérieure auront été aussi assurément revendiquées. Le plus souvent douce et sereine (“I will try my best / To keep my head nice and quiet / For you” – “Nice And Quiet” ou bien encore “Everything around me Is / Exactly as it should be / (…) / I feel so free” – “Heart Take Flight”), Azniv sait aussi se révolter sur le superbe “Summer Cold” où elle dénonce l’horreur de la guerre dans sa Syrie natale (“I’ve had enough of your guns and your ammunition”) avant de terminer par un court montage sonore reconstituant les bruits joyeux de son enfance et plus précisément ceux de la rue d’Alep où vivait sa grand-mère. Bouleversant.

Digne héritière des grands songwriters classiques Nick Drake, Townes Van Zandt ou bien encore Sibylle Baier dont elle revendique ouvertement l’influence, Bedouine accompagne ses mots d’une musique au charme complètement irrésistible. Un son lumineux et organique (l’album a été totalement enregistré en analogique) qui propose un magnifique voyage sonore dans l’Amérique des années 60 et 70. Un voyage musical qui suit la route d’une folk élégante et délicate, parfois teintée de country (“One Of These Days). Un voyage captivant qui s’aventure également sur les chemins d’une pop délicieusement rétro (“Nice And Quiet”, “Dusty Eyes”, “Skyline”) et s’autorise quelques belles échappées sur les pistes exotiques d’une bossa nova divinement ensorcelante (“Back To You”). Si le minimalisme et l’authenticité constituent l’essence principale de sa musique, Azniv a su en effet apporter à ses titres des touches ornementales impeccablement choisies grâce à l’aide de l’équipe du label Spacebomb qu’elle a elle-même sollicitée après avoir été conquise par l’album de Natalie Prass. Les deux experts Matthew E. White et Trey Pollard sont ainsi venus habiller de subtils arrangements de cordes et de cuivres le fingerpicking averti de la jeune femme pour un rendu en tout point exquis au service de la richesse première de l’album : la voix d’Azniv. Une voix chaude et réconfortante, précise et envoûtante. Une voix au phrasé irrésistible, calme, voire presque détachée, et pourtant porteuse d’une empreinte émotionnelle incroyable. Une voix caressante parfaitement mise en avant par la production irréprochable de Gus Seyffert (Beck, Norah Jones) puis l’excellent mixage de Thom Monahan (Devendra Banhart, Vetiver).

Sur les traces de Laura Marling, Jessica Pratt ou bien encore Julie Byrne, Bedouine nous offre un premier album délicieusement vintage et en même temps merveilleusement intemporel. Un disque élégant et précieux qui loin des modes musicales du moment, est appelé à résonner longtemps dans nos cœurs définitivement enchantés. Sans aucun doute l’une de mes plus belles découvertes musicales de cette année.

Lolo from Paris

Bonus : Une bien jolie session acoustique Sofar Sounds filmée à Los Angeles il y a deux ans alors qu’Azniv n’avait pas encore pris son nom de scène Bedouine


Date de parution de l’album : 23 juin 2017

Pour en savoir plus : https://www.bedouinemusic.com/ ou https://www.facebook.com/BedouineMusic/

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s