Three Futures – TORRES [4AD]

I’m not a righteous woman / I’m more of an ass man”. Mackenzie Scott (alias TORRES) n’a pas l’habitude de dire ou faire les choses à moitié et elle nous le prouve d’une façon aussi irrésistible qu’explicite sur Three Futures, son captivant 3ème album (le tout premier chez 4AD). Un disque audacieux à la beauté sombre et viscérale, presque oppressante, qui pousse un peu plus loin le virage sonore entrepris il y a deux ans sur l’excellent Sprinter, pour explorer de nouveaux territoires électroniques, industriels et même krautrock.

Sous la direction experte de Rob Ellis (PJ Harvey, Anna Calvi) présent une nouvelle fois à la production, la rythmique se fait ainsi métronomique et martiale tandis que les boucles répétitives des claviers déversent leur flot dense et continu de notes synthétiques autour des riffs de guitare de Scott, incisifs et fiévreux comme jamais. Plus exigeante qu’auparavant et sous tension quasi permanente, l’instrumentation n’hésite pas à se faire âpre, voir même bruitiste, pour parfaitement coller aux émotions intenses qu’elle porte et bâtir une cathédrale sonore tout à la fois dissonante et hypnotique au service de la voix incroyablement puissante et expressive de la chanteuse. Une voix profonde et toujours aussi poignante, superbement mise en avant dans ses moments d’exaltation comme dans ceux, un peu plus rares, d’apaisement.

Une voix qui se fait l’écho des tourments de la jeune femme, déchirée entre désirs charnels (“I’m dealing with a flesh that’s far too willing”) et peurs mystiques (“Can you probe the ends of the Almighty?”) dans sa recherche personnelle du plaisir (“To be given a body is the greatest gift”). Une quête sensuelle impeccablement retranscrite par la plume affutée et suggestive de Scott qui à 26 ans n’hésite plus à pleinement affirmer son identité sexuelle tout en revendiquant haut et fort son droit à la jouissance tant physique que spirituelle. Diplômée en songwriting, l’américaine nous confirme ici tout son talent pour une écriture ambitieuse, à la fois poétique et explicite, allégorique et sensorielle (“I’ll make it worth every sleepless night / I’ll make it worth every last bite / Of that bad baby pie”). “Nous possédons tous ces sens. Le sens de l’odorat, celui du goût. Nous avons des oreilles et des yeux, nous avons des mains et des pieds. Nous avons aussi, grâce à Dieu, des orgasmes. Tous ces plaisirs sont selon moi intimement liés à l’esprit. Je ne pense pas qu’il soit possible d’en dissocier un seul de l’esprit”, résume la jeune femme.

Au croisement improbable des œuvres de Sonic Youth, St Vincent et Portishead, TORRES nous offre au final un nouvel album exigeant et ensorcelant, où libérée des chaînes de son passé elle ose pleinement se révéler au monde en même temps qu’à elle-même. Laissant entrevoir à l’auditeur un peu sonné mais totalement conquis la promesse d’un futur décidément bien excitant !

Lolo from Paris

Bonus : “I saw three futures / One alone, and one with you / And one with the love I knew I’d choose”


Date de parution de l’album : 29 septembre 2017

Pour en savoir plus : http://torreslovesyou.com/ ou https://www.facebook.com/TORRESMUSICOFFICIAL/


En concert au Point Ephémère, à Paris, le 10 novembre 2017

2 commentaires Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s