Quiet Signs – Jessica Pratt [Mexican Summer / City Slang]

Dans un monde marqué par la recherche frénétique du toujours plus, savoir prendre le temps de se poser et d’apprécier la beauté simple des choses, devient un événement rare et pourtant essentiel. Un acte de foi auquel la californienne Jessica Pratt répond de la plus merveilleuse des façons avec le superbe Quiet Signs, son troisième album, le premier chez le label indépendant new-yorkais Mexican Summer (Cate Le Bon, Ariel Pink, Jess Williamson). Un disque décalé, volontairement en dehors des modes du moment dans son approche minimaliste et pourtant enchanteresse.

Magicienne des ambiances feutrées, l’auteur-compositrice-interprète de San Francisco désormais installée à Los Angeles, a comme à son habitude écrit ses morceaux toute seule chez elle, mais, fait nouveau, c’est dans un vrai studio professionnel, le Gary’s Electric Studio, situé dans l’immeuble de son label à Greenpoint (Brooklyn), qu’elle est ensuite partie les enregistrer. Un choix inédit que la jeune femme n’a pas fait sans crainte : “J’avais très peur de changer carrément de registre, de faire un disque avec plein d’effets qui allaient le rendre certes bien agréable à écouter, mais privé de l’atmosphère qui avait donné leur caractère aux deux précédents”, confie-t-elle ainsi en interview. Un risque qu’elle a su habilement éviter en s’entourant d’une équipe ultra resserrée qui avait toute sa confiance puisque composée uniquement de Matt McDermott, son compagnon à la ville, et Al Carlson (Weyes Blood, Quilt), le musicien qu’elle a choisi pour co-produire l’album avec elle.

Sans remettre en cause le caractère profondément intimiste et contemplatif de sa musique construite autour de la combinaison épurée guitare acoustique – voix, ce travail collectif en studio a finalement permis à l’américaine d’enrichir sa palette sonore en y ajoutant ici des touches de piano ou d’orgue vintage, là des notes de flûte, des échos de tambourin ou bien encore quelques nappes de synthé. Des contributions toutes en nuances et impeccablement dosées qui viennent orner de touches élégamment psychédéliques (“Fare Thee Well”, “Aeroplane”), pastorales (“Crossing”), voire même délicieusement bossa (“As The World Turns”, “Poly Blue”), sa folk exquise et incroyablement mélodieuse parfumée aux doux accents 60’s ou 70’s (“This Time Around”).

Des apports subtils qui révèlent toute leur richesse au fil des écoutes et bâtissent un écrin lumineux autour des textes toujours aussi mélancoliques de la californienne. Amour perdu, désenchantement, incertitudes, les thèmes restent sombres sans pour autant être abordés de façon frontale mais plutôt suggérés avec pudeur et poésie. Une retenue qui sert à merveille le chant de la jeune femme. Portée par un timbre unique qui peut s’évérer au premier abord un peu déroutant en raison de ses intonations faussement juvéniles, la voix diaphane de Jessica Pratt, remplie de fragilité et d’émotion contenue, déploie en effet très rapidement un charme hypnotique auquel il est difficile de résister. Un pouvoir singulier qui lui confère une beauté mystique, à l’image de la voix des aînées Linda Perhacs, Vashti Bunyan ou bien encore Sybille Baier.

Joyau intemporel, Quiet Signs envoûte de sa grâce minimaliste et enivrante pour nous convier le temps d’une parenthèse enchantée au plus doux des voyages intérieurs. Il impose également définitivement Jessica Pratt au firmament de la scène folk contemporaine. “J’ai passé ma vie dans les étoiles, à me laisser envahir par les émotions et à me perdre dans mes pensées”, confesse l’américaine. Une philosophie qui résonne comme la plus belle et audacieuse des résistances face au tumulte du monde d’aujourd’hui. Puissions-nous tous savoir en faire de même !

Lolo from Paris

Bonus : Retour sur une bien jolie session live filmée lors du précieux End Of The Road Festival en septembre 2015.


Date de parution de l’album : 8 février 2019

Pour en savoir plus : http://www.facebook.com/jessicalynnpratt/

En concert au Point Ephémère, à Paris, le 9 avril 2019

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s